Un Droit pour Tous

25 novembre 2020
148
Views
Plus de publications

Récemment Éric Duhaime a raconté qu’alors qu’il a été invité à parler dans un CÉGEP, la direction lui a écrit et annoncé qu’elle interdisait l’évènement! Pourquoi? Simplement parce que l’animateur de radio remet en question certaines mesures sanitaires! (Il les respecte toujours, cependant.) Encore une fois, une institution du savoir payée avec NOTRE argent va à l’encontre de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression!!!

Le Droit prévaut sur l’individu

Un droit a prévalence sur un individu; il ne varie selon la personne. Comprenez-le bien: il n’y a pas un droit à la liberté d’expression pour Éric ET un droit à la liberté d’expression pou Jean, et un autre pour vous personnellement. Il n’y a que LA liberté d’expression, point! C’est LE même droit pour tous les citoyens!!! Ce n’est pas un sujet individuel. Lorsque ce droit est non respecté chez l’un, c’est l’ENSEMBLE des citoyens qui voit sa liberté attaquée!!!

Il y a une seule règle de droit pour TOUS. Lorsqu’on bafoue cette règle, c’est tout le monde qui est bafoué!

Les attaques qui amoindrissent nos droits et libertés s’en prennent souvent aux individus, passant plus souvent inaperçues ainsi. C’est ainsi qu’on change une culture. C’est ainsi qu’on prend une société de droit et qu’on l’amène ailleurs, pour mieux la contrôler généralement. (Je ne parle pas de complots ici, je parle d’un point de vue se fiant à l’histoire.)

Tous pour un?

S’il s’était agi des droits de tout un groupe, par exemple un groupe ethnique, vous pouvez être assurés que là, ça aurait suscité une réaction suivie très probablement par une rétraction de la direction.

Les gens se battent volontiers pour eux-mêmes, mais rarement pour un autre. Or, le problème est là. Si cette semaine 2 000 individus inondaient la boîte de courrier de ce CÉGEP avec 2 000 lettres, il est probable que la décision pourrait être renversée. Quelques interventions semblables lors de tels épisodes, tel que celui similaire vécu par Mathieu Bock-Côté, et après avoir manifesté notre mécontentement de manière civilisée et par écrit et nous pourrions être assuré que les instances en question y penseraient à deux fois avant de censurer quelqu’un de façon contraire à la loi.

La leçon à retenir

Lorsqu’une attaque contre les droits et libertés est portée vers un individu est que c’est le principe et non la personne qu’il faut voir comme étant sous attaque. C’est donc l’ensemble des droits des citoyens qui est menacé et non ceux d’une seule personne.    

Maintenant dans ce CÉGEP des centaines d’étudiants viennent probablement de se faire inculquer qu’il est normal et juste de censurer une personne dont l’opinion est « inconvenante ». Si c’était le cas, les droits et libertés seraient soumis à la dictature de l’opinion populaire. Il n’en est rien.

Au contraire; la Charte garantit la liberté d’expression et le droit à la liberté d’opinion justement pour PROTÉGER les citoyens contre la dictature du politiquement correct.

D’une importance cruciale

Je le répète : la Charte n’est pas soumise aux abus de l’opinion populaire. Elle est là pour PROTÉGER de ces abus.

Il est temps que les gens se réveillent…

… et que les institutions prennent leurs trous!

Article Categories:
Actualités · Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.