Masterclass de joute oratoire avec Mathieu Bock-Coté

8 décembre 2020
530
Views
Plus de publications

Mathieu Bock-Côté a marqué un grand coup lors de son passage à Tout le Monde en Parle dimanche dernier. Alors que celui-ci ne s’identifie pas nécessairement de droite, le conservatisme québécois a été ébloui par sa performance.

Bock-Côté nous a fait vivre par procuration le fantasme de bien des gens au Québec en tenant tête à Guy A Lepage et son acolyte Dany Turcotte sans pour autant avoir l’air d’une tête brûlée.

Si le contenu de son discours était déjà d’une grande force et d’une grande justesse (je vous invite d’ailleurs à écouter son passage à l’émission immédiatement si ce n’est pas encore fait), je crois que la façon dont il s’est défendu devant Lepage (devant qui plusieurs se sont cassé les dents par le passé grâce au montage) mérite d’être analysée.

Voici mon analyse de quelques moments clés ou Lepage et Turcotte utilisent les trucs les plus classiques du libre de jeux du gauchisme et comment l’invité a réussi à esquiver ces attaques:

Le début de l’entrevue se passe de manière conventionnelle, on explique la raison de sa présence sur le plateau. Ici, c’est l’Association des libraires qui ont retiré le temps de quelques jours une liste de suggestions de lecture du premier ministre François Legault à la suite d’une plainte comme quoi elle comprenait un livre de Mathieu Bock-Côté, qui serait quelqu’un de raciste.

Il est aussi bon de se rappeler que contrairement aux saisons antérieures, l’émission est tournée en direct cette année ce qui enlève la possibilité de faire du montage et inutile d’ajouter que cela a beaucoup paru lors de cette entrevue.

0 :38 : A peine 30 secondes après le début du segment, Lepage lance sa première attaque comme quoi si la présidente de l’association est revenue sur sa décision de retirer la liste, alors le problème est réglé et Bock-Coté serait bien mal vu désormais de se plaindre.

Bock-Coté à aussitôt rappelé que ce qu’il a subi ce n’est qu’un évènement qui s’inscrit dans une tendance lourde qui grandit depuis plusieurs mois. Il dépersonnalise le débat en disant que son combat il le fait pour un grand nombre de personnes. L’argument de Lepage tombe alors à l’eau, car même si en effet le dommage contre Bock-Côté a été réparé, bien d’autres personnes avant lui et probablement un grand nombre également dans le futur n’aura pas cette chance.

Dans la réponse à cette question il en profitera aussi pour aborder certains autres thèmes dont il sait qu’il sera questionné à ce sujet, allant ainsi désarmer les mines que l’équipe de Tout le Monde en Parle avait préparées. On sent déjà la frustration de la part de l’équipe d’animation car Lepage tente une reprise de contrôle en disant « oui en va en parler plus tard » (vers 2 :10). Dany Turcotte aussi exprimera sa frustration avec un commentaire à l’effet qu’ils n’avaient plus besoin de poser d’autres question car Bock-Coté avait déjà abordé la plupart des sujet.

Ainsi, dès la première question Bock-Côté a pu mettre la table sur les sujets de controverse à sa façon et non à la façon dont Lepage aurait voulu le faire.

2 :40 : Bock-Côté parle de l’hystérisation du débat public. Il ne le fait pas innocemment. C’est sous-entendu qu’il accuse Guy A Lepage et sa clique du Plateau de participer activement à cette hystérie, avec l’habileté de le jamais le faire directement. Tranquillement les rôles s’inversent et c’est Bock-Côté qui va porter tout en subtilité les attaque et Lepage qui va devoir se mettre en mode défensif.

4 :00 : Autre truc classique du grand livre de jeu du gauchiste; Lepage tente de discréditer le choix de livre du premier ministre Legault en accusant Bock-Côté d’être copain avec le premier ministre. L’attaque rate la cible car le sociologue ferme rapidement la porte à cette tentative en disant que ça fait huit ans qu’ils ne se sont pas vus. Ensuite, au lieu d’attendre la sous-question que Lepage pourrait lui poser il revient rapidement au sujet sur lequel il était questionné avant cette tentative d’attaque (Dans ce cas-ci de commenter l’extrait ou Legault parle du livre de Bock-Côté.

5 :35 : Lepage tente une attaque avec une stratégie très semblable à la première. Comment peux-tu te dire censuré si on te voit dans un grand nombre de médias? La parade est également semblable à la première attaque, mais va même un peu plus loin. Non seulement il dit parler pour d’autres personnes qui ne sont pas en mesure de parler sous peine représailles, il dit que certains des amis et collègues de l’équipe de Tout le Monde en Parle se sont confiés à lui comme quoi ils appuient le combat de Bock-Côté. Il vient semer le doute dans la tête de Lepage. « Est-ce que ma coalition de chum est aussi solide que je le croyais? ».

6 :40 : Bock-Côté explique bien ici pourquoi généralement la majorité silencieuse est conservatrice, surtout à notre époque. Les répercussions de parler à droite sont perçues comme tellement fortes qu’on préfère souvent se taire et c’est là que des figures comme Bock-Côté et d’autres ont leur pertinence. Plutôt que tous les conservateurs paient le prix de leur opinion, on se rabat sur un petit groupe de porte-paroles qui font office de recevoir les insultes et autres attaques pour leur opinion leur profession.

Le danger de cette organisation-là parmi la circulation des opinions est que s’il existe 10 porte-paroles et que les 10 se font “canceller”, il n’y a plus personne alors qu’à gauche sur leur 500 porte-paroles si on en cancelle 10, 30 autres prennent leur place. Le conservatisme ne peut pas se permettre de rester dans cette position de fragilité.

7 :10 : Lepage est rendu sur la défensive et utilise une autre de ses stratégies. Il minimise la portée de la notion du racisme systémique (Arbour dit que ce n’est pas le monde qui est raciste, uniquement le système) et demande pourquoi est-ce que Bock-Côté refuse d’adhérer à une notion qui ne demande que si peu de concession intellectuelle. Ce à quoi il va connaitre un de ses meilleurs moments de la soirée en amenant Guy A Lepage à donner sa propre définition de cette notion (à 8 :15). En gros il dit « tu me dis qu’il n’y a rien là mais c’est quoi exactement pour toi le racisme systémique? ». Lepage ne peut donner une définition trop faible de peur de se faire rejeter par ses alliées ni trop forte de peur de se faire ridiculiser par son interlocuteur. Bock-Côté prouve alors son point comme quoi on se fait vendre une notion très faible de la théorie pour justifier une application très radicale par la suite dans les tribunaux et autres instances.

9 :15 : Bock-Côté dévoile son jeu. Si auparavant il attaquait Lepage indirectement ou avec des sous-entendus, il est rendu désormais assez avancé dans son plan de match pour y aller plus directement. Remarquez quand il implique Lepage en disant « VOUS nous demandez ne nous commettre… ». De plus, il va utiliser une des meilleures armes que nous avons versus un débatteur de gauche c’est-à-dire de désarmer les pièges à l’avance.

Le coup qui achève généralement les adversaires de la théorie du racisme systémique c’est de dire que si on s’oppose à la théorie c’est qu’on est raciste et il n’y a quasiment aucune parade contre cette attaque là une fois qu’elle est lancée. Heureusement, Bock-Côté sait qu’il peut désamorcer cette bombe avant qu’elle soit lancée tout simplement en la nommant. Lorsqu’on nomme d’avance leurs stratégies, elles perdent automatiquement 75% de leur puissance.

La stratégie fonctionne parfaitement et à 9 :35 on entend un Guy A Lepage sonné qui s’enfarge dans son intervention.

11 :20 : Dany Turcotte se porte à la défense de son collègue qui a un genou à terre et tente de faire diversion pour empêcher Bock-Côté de continuer dans sa réponse en lui tendant un appât. Sachant que Bock-Côté aime beaucoup la langue française il lui lance rapidement pendant son début de réponse comme quoi le mot qu’il venait d’utiliser, « woke », n’était pas français (Alors que c’est Guy A Lepage lui-même qui a amené ce mot dans la conversation.). Il est facile de tomber dans le piège et d’enchainer vers un débat sur le choix de mot et d’oublier où on se dirigeait avec la réponse initiale. Heureusement, Bock-Côté a beaucoup d’expérience et répond très rapidement à Turcotte avant de revenir dans son fil de pensé initial.

13 :10 : Mathieu Bock-Côté fait une attaque subtile à Dany Turcotte en disant qu’il fait la différence entre les minorités et les gens qui disent parler au nom des minorités. Le coup est dévastateur car il amène au segment (13 :40) où Dany Turcotte est incapable de dire directement que Bock-Côté est raciste à ses yeux.

15 :25 Ce que l’équipe de Tout le Monde en Parle se réservait comme le coup fatal, le fait de le confronter à un panel de quatre individus de couleur noire pour faire la démonstration de son supposé racisme est un faible coup d’épée dans l’eau, cette arme ayant déjà été désamorcée depuis longtemps dans la conversation et ses deux adversaires ayant déjà le genou au sol.

Nous avons assisté à une excellente démonstration d’auto-défense contre le livre de jeu gauchiste et nous avons intérêt à prendre de bonnes notes sur ces techniques.

**

En cadeau, je vous laisse avec un petit bijou caché au sein d’un excellent film pas assez connu qui parle aussi de ce qui est important dans un débat. Il ne faut pas convaincre son adversaire, il faut convaincre ceux qui assistent à la joute oratoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.