Le pire danger de l’histoire de l’humanité

31 janvier 2021
206
Views
Plus de publications

À l’école secondaire le professeur nous posait cette petite devinette : quelle est la plus importante invention de l’homme ?

Nous pensions à l’immédiat ; l’ampoule ? Le téléphone ? L’avion ?

Bien entendu la réponse était plus importante que toutes ces inventions, et elle le demeure : la roue !

Plusieurs étapes ont marqué l’histoire de la progression de l’humanité : l’art de s’approprier le feu, l’art de forger le métal, etc. C’est ainsi que nous avons traversé des époques en les marquant de ce qui les a caractérisées : les années sombres (the so-called Dark Ages), les années-lumières, et ainsi de suite.

Si nous revenons plus près de notre époque maintenant ; il n’y a pas si longtemps nous étions à l’ère agricole. À cette époque la richesse était largement déterminée par la possession de terres. La terre étant la ressource première de presque toutes les matières de base, y compris les eaux qui se trouvaient à passer par ces terres, et éventuellement la question du pétrole qui pouvait s’y trouver.

Ensuite avec l’arrivée du moteur à vapeur, puis du moteur à combustion/explosion arriva une nouvelle ère : l’ère industrielle. Là, en plus des matières premières, les « idées » aussi devinrent des sources de richesse. On se mit à les breveter.

Par la suite les choses deviennent moins évidentes à départir à cause des différentes innovations qui se sont mises à se multiplier. Le choc des idées continuait de donner de la valeur à diverses inventions. Certains parleraient donc de l’ère informatique, mais la vraie grande révolution fut indiscutablement l’arrivée de l’internet. L’internet est sans contredit la plus grande invention depuis la presse à imprimer de Gutenberg. Et c’est cet outil informatique qui nous a amenés à : l’ère des communications.

L’importance des communications

On aurait difficilement pu avoir des écoles pour les moins nantis sans l’invention de la presse à imprimer. Retranscrire chaque livre à la main pour des milliards d’êtres humains aurait probablement été un défi impossible à relever. Donc là où la presse de Gutenberg fut le plus grand outil de partage des connaissances jusqu’à l’arrivée du 21e siècle, c’est maintenant l’internet qui a pris sa place dans ce rôle (partage des connaissances).

L’ère des communications n’a pas apporté que du positif, bien entendu, puisque les esprits malveillants peuvent se servir des communications peux servir à répandre aussi de la communication malveillante, comme c’est d’ailleurs le cas dans les pays communistes.

Pour internet, une suite logique et presque naturelle des choses mit en place de manière presque naturelle : les réseaux sociaux. S’ils mirent un certain temps à conquérir la ferveur des gens, la tendance naturelle des gens à « sociabiliser » avec autrui assura le succès des ces réseaux. Et comme c’est le cas pour toutes communications humaines ; là où il y a de l’homme, il y a de « l’hommerie » et là où les humains communiquent il y a inévitablement des débordements ainsi que du négatif.

Il va sans dire que nous, chez Ligne Ouverte, sommes contre la censure en général et en faveur de la liberté d’expression. Comme pour la plupart des libertés, elle vient avec sa part de risques que nous devons assumer, car préserver la liberté n’est pas un jeu à somme nulle. Plus on choisit un gouvernement qui nous protège des risques et plus nous devons abandonner notre liberté ; c’est une équation dont on ne se sort pas ! Nous pourrons revenir là-dessus dans un autre article, mais pour le moment je veux ici présenter ce que je considère être désormais une nouvelle ère, figurativement.

L’ère des surcommunications

J’ai envie d’émettre comme hypothèse que nous sommes maintenant passés de l’ère des communications à l’ère des surcommunications.

Là où l’ère des communications a ouvert la porte au choc des idées et au progrès qui devait l’accompagner, la présente ère des surcommunications accompagne ce positif par une amplification on ne peut plus navrante du négatif. Je dis navrante, car là où les communications partageaient la connaissance, la surcommunication semble partager beaucoup d’insignifiance ; davantage encore que de vrai savoir. Pourquoi ?

Les « P’tits-Joe Connaissants »

La réponse est que soudainement avec tout ce qui est désormais accessible à tous, plusieurs ont tendance à croire qu’ils… savent, qu’ils connaissent. L’orgueil personnel prend rapidement le dessus et soudainement tout le mondecroit être un expert.

Un truc universel pour reconnaître les vrais des faux est que la très grande majorité des faux qui sont atteints du syndrome du « P‘tit-Joe Connaissant » attaquent les personnes plutôt que les idées. (En passant c’est une des raisons pour lesquelles l’équipe de Porte Ouverte garde l’anonymat. Bien entendu, ce même genre de personnes se rabroueront alors sur le fait que nous gardons l’anonymat avant même de débattre des sujets que nous enseignons comme tels. Le temps viendra probablement où nous ajouterons nos noms à nos chroniques, mais nous ne sommes pas en là pour parler de nous, mais bien de choses plus importantes que ça.)

Le problème des Tits-Joe

Un des problèmes des p’tits Joe est que leur orgueil les rend souvent non enseignables. Plutôt qu’offrir de véritables échanges, ils répondent avec mépris de l’autre, refusent de débattre et aspirent à censurer les autres. Ils surcommuniquent leurs opinions partout pour se donner de l’importance, mais malheureusement ne sont pas ouverts à l’idée qu’ils peuvent avoir encore beaucoup à apprendre. (Les vrais leaders de notre siècle sont toujours en train de lire pour apprendre. Plusieurs, bien que très occupés, lisent au moins un livre par semaine.)

L’effet de marché

Il fut un temps où les chroniqueurs étaient des spécialistes choisis. De nos jours il suffit souvent d’avoir écrit un seul livre, mais si ça remonte à 25 ans, pour devenir chroniqueur à vie, semble-t-il. Je parle ici pour les médias d’informations majeurs, mais j’avoue aussi que je suis un peu en train de dire que plusieurs personnes qui écrivent un peu comme je le fais présentement sont surévaluées. Le temps dira si c’est mon cas. Reste qu’en attendant cela entraine un effet sur le marché de l’offre et la demande. Le phénomène des surcommunications permettant à tous les Joe-connaissants de prétendre avoir quelque chose d’intéressant à dire, et ce, autant à l’aile gauche qu’à l’aile de droite. Ainsi l’offre inonde le marché et ce que certains (voir plusieurs) ont à dire ne vaut plus grand-chose.

Ligne Ouverte offre son contenu sans aucune prétention et ne demande rien en retour, pas même de reconnaissance personnelle (puisque nous écrivons dans l’anonymat). Le jour où nous révèlerons nos noms sera parce que nous croyons que ça peut contribuer davantage à notre mission. En attendant, il demeure regrettable de voir que la gauche semble se délecter de cette présente tendance à la surcommunication par les  trolls du Net et les p’tits-Joe connaissants.

Comment se distinguer de cette tendance ? En proposant des idées et des principes éprouvés qui contribuent à construire et édifier plutôt qu’à détruire, diviser, et censurer.

Ce que l’avenir immédiat nous réserve

Je vais terminer ce billet en partageant ce que je vois pour 2021 et l’avenir immédiat (qui commence déjà). Le plus grand danger auquel fera face l’humanité au 21e siècle ne sera pas la pollution, l’environnement, les virus et autres maladies physiques, bien que tout ça représente des défis bien réels. Le plus grand danger pour le futur de l’humanité sera la censure et le contrôle que l’on imposera à la liberté d’expression.

La raison est la suivante : tous les autres défis dont ceux mentionnés plus haut sont résolubles, mais pour arriver à cela nous avons besoin de tout le monde ; nous avons besoin de toutes les idées disponibles ainsi que la capacité de pouvoir les communiquer entre nous.

Le fameux choc des idées…

Il a été démontré que, contrairement à la caricature du savant fou qui travaille seul dans son laboratoire à inventer des trucs et à tester des théories, dans la réalité les grands avancements et les grandes idées révolutionnaires ont été le résultat d’idées se promenant de personne en personne en évoluant constamment vers un résultat.

Le parachute de DaVinci a finalement abouti à son invention par quelqu’un d’autre plusieurs siècles plus tard. Elon Musk n’a pas inventé à lui seul les innovations de ses compagnies, pas plus que Steve Jobs. Là où Thomas Edison, qui ne travaillait pas seul non plus, tenait à l’idée d’utiliser le courant continu, Tesla a quitté son équipe pour diriger plutôt diriger ses efforts vers le courant alternatif, qui est devenu celui que nous utilisons aujourd’hui. Ceci est donc arrivé grâce à leurs discussions et leurs partages d’idées.

…VS la censure

Cependant tout le temps que Tesla a contribué à développer l’avancement du courant alternatif, Edison a travaillé contre lui à le dénigrer et à tenter de censurer ses idées en prétendant que les idées de Tesla concernant le courant alternatif étaient dangereuses. Edison est même allé jusqu’à faire électrocuter des chiens, puis des chevaux, filmer l’électrocution publique d’un éléphant, et finalement construire la fameuse “Chaise électrique” pour prouver que les idées de Tesla étaient dangereuses.

S’il avait réussi à faire bannir Tesla complètement, nous serions probablement; soit privés majoritairement d’électricité encore maintenant, ou à tout le moins le courant alternatif ne serait arrivé que bien plus tard retardant ainsi les révolutions technologiques dont nous profitons tous aujourd’hui.

Tout comme l’internet a été le plus grand instrument de progrès depuis la presse de Gutenberg, la censure, principalement celle de l’internet, serait le plus gros recul au progrès de l’humanité.

N’oublions jamais que tous les droits et libertés de la personne sont reliés entre eux, mais ses fondements les plus importants demeureront toujours la liberté d’opinion et la liberté de pouvoir exprimer cette opinion.

Bannissez ces deux fondements et vous vous apercevrez que tous les autres droits ne suffiront plus à vivre comme des êtres humains, dans le respect de la vie. 

La censure est une forme d’emprisonnement, d’isolement social imposé et contraire à la vie. Elle est l’ennemi de l’humanité pour ce 21e siècle.

Article Categories:
Actualités · Vie quotidienne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.