Ayn Rand et le Conservatisme

5 décembre 2020
279
Views
Plus de publications

Ayn Rand, de son vrai nom Alissa Zinovievna Rosenbaum, est une philosophe d’origine russe, juive athée, née le 2 février 1905 à Saint-Pétersbourg et morte le 6 mars 1982 à New York.
Elle fut témoin du renversement de la Russie tsariste, puis de la saisie de la pharmacie de son père par le gouvernement révolutionnaire. Elle dut fuir avec ses parents l’avancée des révolutionnaires aussi longtemps qu’il leur fut possible.
Finalement, désabusée, elle partira pour l’Amérique, là où ses écrits feront éventuellement parler d’eux avec le temps. Plus tard elle accordera même une entrevue à l’émission de Johnny Carson où Carson lui offrira un format d’entrevue plus sérieux que la formule légère et cocasse habituelle à l’émission.

Individualisme et égoïsme
Examinons certaines des valeurs qui constituaient les bases de réflexions de Ayn Rand :
1 : L’Objectivisme.
Pour demeurer objectif, l’individu doit demeurer appuyé sur la réalité. Celle-ci est un absolu. Elle demeure invariable. Les faits sont les faits, indépendamment des sentiments, des émotions, des souhaits, des espoirs ou des craintes de chacun.
2 : La Raison.
Il est impératif de demeurer basé sur la vérité et les faits scientifiques permettant d’interpréter l’information fournie par nos 5 sens. Selon Rand, ces données sont l’unique source de connaissance, l’unique moyen de percevoir la réalité, l’unique guide sur lequel décider de nos actions, et l’unique base pour survivre.
3 : L’égoïsme.
L’homme (c’est le mot qu’elle utilisait) est un but en soi et non un outil pour achever le but d’autrui. Il doit exister pour lui-même et non pas se sacrifier pour les autres NI sacrifier les autres pour ses propres fins.
4 : Son idéal politique ultime :
La Libre-Entreprise; ou le « Capitalisme Laissez-Faire », au sein d’un système où les hommes n’interagissent pas entre eux sur des bases d’exploiteurs-à-exploités, ni d’esclaves-à-maitres, mais bien plutôt comme de libres « échangeurs » volontaires en vue de bénéfices mutuels.
Bref, un système où nul ne peut utiliser la coercition pour obtenir ce qu’il veut d’autrui ni imposer sa volonté par la force. Le gouvernement n’y existe que comme police de protection des droits de l’homme. Il utilise la force uniquement si on lui impose de la violence.
Une société idéale respecterait une séparation de l’économie et de l’état tout comme elle opère déjà une séparation de l’église et de l’état. Cependant Rand spécifie qu’une telle société n’a jamais existé.


Le rêve américain
Pour Rand l’Amérique est ce qui se rapproche le plus de cette société idéale de par ses idéaux constitutionnels qui reconnaissent à l’homme les droits sur sa propre vie, droit à sa liberté, et à sa recherche du bonheur; ce qui signifie aussi qu’il n’existe pas pour servir un gouvernement. Ce dernier existe uniquement pour être au service de l’homme.
Selon la philosophe, l’Amérique et ses succès, ses progrès, et ses accomplissements sont sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Je suis d’ailleurs entièrement d’accord avec elle sur ce point; jamais une nation n’a accompli autant en si peu d’années d’existence. Toutes celles qui ont eu des accomplissements notables étaient beaucoup plus âgées. Certaines existaient déjà depuis des millénaires! Les États-Unis d’Amérique ont pris naissance comme pays uni en 1776, et moins de 200 ans plus tard ils faisaient marcher l’homme sur la lune! Quel autre pays peut en dire autant? Je n’en vois qu’un : Israël.


Israël, l’autre cas unique
Selon moi les deux seuls pays à avoir accomplis des choses incroyables en un laps de temps que je qualifierais de quasi — miraculeux sont les États-Unis et Israël.
Israël pour sa part est devenu un pays indépendant seulement en 1948. Bien que le pays n’ait pas pris naissance avec des chariots comme l’Amérique de 1776, il demeure que ses progrès, accomplissements, et nombreuses innovations ont été réalisés en à peine plus de 70 ans! Incroyable lorsqu’on y pense.
Il serait trop long de décrire ici à quel point la liste d’innovations est longue, mais je vous invite à titre d’exemple à aller lire un article en cliquant ici. Vous verrez que c’est extrêmement révélateur.
Un des secrets de ce pays est qu’il cultive un « environnement » propice à la créativité. Si vous comparez leur courbe de progression avec d’autres pays environnants vivant dans les mêmes conditions géographiques et avec des ressources naturelles similaires, il n’y a simplement aucune comparaison possible. Jamais autant n’a été accomplis en si peu de temps et avec si peu de ressources au départ.


Ayn Rand et l’altruisme
Je reviens à Ayn Rand. Bien que plusieurs de ses idéaux mentionnés plus haut se retrouvent dans la philosophie conservatrice contemporaine, il y en a tout de même parmi eux certains avec lesquels nous devons nous séparer. Je parle plus précisément de son obsession en faveur de l’égoïsme et son aversion au concept d’altruisme.
Dans la suite de cet article, je décrirai pourquoi cette facette de sa vision n’était pas compatible avec le conservatisme et en quoi elle s’était trompée dans son analyse de l’Amérique.

Article Tags:
· ·
Article Categories:
Conservatisme · Histoire · Philosophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.