Analysons la notion du passeport

1 mai 2021
329
Views
Plus de publications

Je parle ici du fameux passeport vaccinal, bien entendu. Bien que le gouvernement ne l’ai pas adopté il demeure que différentes voix parmi les médias traditionnels s’acharnent à marteler qu’on doit l’émettre et ce, accompagné des plus fortes mesures discriminatoires possibles. 

Mario Dumont

Parmi ces voix médiatiques, je ne vous cache pas que je pense beaucoup à celle de Mario Dumont, ancien chef de parti qui se prétendait de droite. J’ai encore en image le passage à l’émission de Dumont d’un certain Jeff Plante qui avait alors ouvertement affirmé à Dumont que son ancien parti n’était PAS un parti de droite. Ce dernier l’avait drôlement avalé de travers.

Cependant Plante disait vrai. Ou bien Dumont n’était pas honnête, ou bien il ne savait pas réellement ce que signifiait « être de droite ». Je ne m’attarderai pas ici à la première option, mais j’ai l’impression que la seconde détient une partie de vérité. Étonnamment, Mario Dumont n’est pas exactement un expert des principes et fondements de la droite.

Les Droits

Si on redéfinit le conservatisme de droite par son plus important principe, c’est celui de l’importance de respecter et protéger les droits et libertés de la personne. Pour ça on doit bien comprendre qu’on ne parle pas des droits de « certains » au-dessus de certains autres. On ne parle pas non plus de certains droits plutôt que certains autres. On définit ce qui constitue un droit, et ce, en prenant bien soin de ne pas inventer des « droits » qui n’en sont pas. Toute chose souhaitable et bonne ne constitue pas pour autant un « droit » ! Par exemple, les soins de  santé ne constituent pas des « droits ». (Bien entendu, si on ne vous soigne pas, on ne devrait alors pas non plus vous charger d’impôts pour une supposée « assurance maladie », mais ceci est un autre sujet.)

Les Libertés

Tout aussi important que vos droits, il y a la notion de liberté (singulier et/ou pluriel, selon ce dont on parle). Ici déjà, dans notre province et notre pays, ces fondements de base de la vie humaine sont de moins en moins respectés et à peu près pas du tout défendus… du moins d’un point de vue comme le mien.

Aux États-Unis lorsque la Constitution américaine est bien appliquée et respectée tout citoyen américain peut aller où il veut quand il veut n’importe où dans les limites des frontières américaines sans se faire arrêter pour vérification simple de son identité et sans se faire interroger sur ses motifs ou sur ses allés et venus. Ici par contre, si un policier vous interpelle sans raison et vous demande vos papiers d’identité vous aurez mal à en découdre de lui refuser et ce, même s’il ne vous en fournit pas la raison comme il est pourtant censé le faire. (Oui, vous pouvez toujours vous obstiner jusqu’à ce qu’il vous embarque et ensuite engager un avocat pour vous défendre devant un juge, mais bonne chance tout de même ; rien n’est garanti).  

Le passeport dans tout ça

Chez nous, une des choses qui sont reconnues par les temps qui courent est le droit de n’être pas victime de discrimination. (Les chartes encadrent dans leurs textes les types de discrimination dont il est question.)

Jusqu’ici j’ai été assez simple : j’ai parlé des droits les plus fondamentaux : le droit simple de pouvoir aller et venir sans problème, sans devoir quoi que ce soit à personne, et sans avoir à se justifier ou à décliner notre identité et nos renseignements personnels à qui mieux mieux, et sans discrimination. Il me semble que c’est assez simple, n’est-ce pas ? (La question des renseignements personnels fait partie du « droit à la vie privée ». Tout le monde sait ça.)

Alors comment se fait-il que de supposés politiciens de droite comme Mario Dumont poussent l’idée d’un passeport vaccinal ? Je veux bien comprendre que l’idée n’est pas folle, et même qu’elle comporte sa part de bienfaits, mais on ne doit pas seulement s’en tenir à ça pour prendre une décision. J’ai beau peser les pour et les contres d’une telle idée, la chose devrait néanmoins toujours être soumise à la la Charte canadienne des droits et libertés. Ces chartes des droits et libertés protègent contre les actions de tous les niveaux de gouvernement… du moins elles sont censées.

Or, l’idée d’un passeport vaccinal va à l’encontre de tout ce qui est fondamental aux droits de la personne ! 

Vous y pensez ? Ça reviendrait en vérité non pas à « permettre » l’accès à, mais bien à « interdire » l’accès à… sous raison qui établirait désormais au Québec DEUX catégories de gens ; deux catégories carrément, et non plus une seule. Il y aurait dorénavant les « vaccinés »… et les autres. Et à entendre parler des gens tels que Mario Dumont, Richard Martineau, et Patrick Lagacé il est probable que l’on dira plutôt : « les “vaccinées”… et les autres qui eux sont des coucous imbéciles, entêtés, édentés, et moralement criminels ». Le passeport séparant socialement les bons citoyens responsables et « autorisés », des autres, les « délinquants », les « imbéciles » de la société. 

(Vous ne me croyez pas ? Voyez déjà par vous-mêmes : cliquez ici.) 

Partout où l’on voudra entrer, on demandera si vous avez un passeport. Ne pas détenir de passeport deviendra une étiquette en soi. Ce sera comme détenir un casier judiciaire, ça vous suivra partout où vous irez. 

Non, parce qu’honnêtement ; si vous n’avez pas de passeport, où le gouvernement Legault vous permettra-t-il d’aller ? Probablement à l’épicerie, c’est un service essentiel, mais si alors il décidait de ne permettre l’accès aux endroits « non-essentiels » uniquement qu’aux détenteurs de passeport ? Forcément si l’état applique le concept du passeport c’est bien pour « protéger » certains lieux, non ? (Oui je comprends que les vaccinés demeurent vecteurs de transmission de la maladie, mais de toute évidence si on jongle avec l’idée d’un passeport vaccinal c’est qu’il y en a une méchante gang qui ne le comprend pas ; même dans les médias et même au gouvernement).

Le problème de nos Chartes

En conclusion les amis ; être en faveur de ce concept de passeport vaccinal (oui je sais, ces mots sont répétitifs, trop) irait à l’encontre de principes de base de la droite. Ce concept met en danger la protection des droits de la personne que nous cherchons à maintenir à tout prix, dans ce monde de fous. Il ouvre une porte à un affaiblissement qui risque à chaque fois de devenir irrémédiable par la suite.

Pourquoi alors le gouvernement ne respecterait-il pas nos droits ? Si une charte des droits est là pour protéger les droits du peuple contre des lois abusives et si les chartes sont au-dessus des pouvoirs des élus, comment le gouvernement Legault pourrait-il appliquer la régence d’un passeport vaccinal ?

Tout simplement parce qu’au Canada, et encore davantage ici, au Québec, notre Charte immonde est désuète. Elle est composée avec tellement de permissivité en faveur de l’état et tellement d’exceptions permises qu’au final c’est presque comme si elle n’existait pas. 

À quoi bon la charte ?

Déjà, le fait qu’une province puisse outrepasser la Charte canadienne des droits de ses citoyens en créant sa propre Charte, ne respectant plus celle du Canada, c’est immonde en soi. Jamais ça ne sert à conférer davantage de libertés à l’ensemble des citoyens des provinces ; uniquement le contraire. 

Force est de constater que c’est généralement une tentative des gouvernements provinciaux pour s’arroger davantage de pouvoirs sur les citoyens de leurs provinces respectives. On parle ici de mots tels que « clauses dérogatoires » et ainsi de suite. Vous ne me croyez pas? Allez jeter un coup d’oeil à notre chère « Charte québécoise » et vous constaterez par vous-mêmes qu’avec n’importe quels prétextes jugés assez important, le gouvernement peut choisir de déroger à-peu-près à n’importe quel point supposément protégé. 

Centristes, ou sans logique ?

Il n’empêche que ces prétendus « droiteux » tels que Dumont s’en foutent carrément. Ils préfèrent se prétendre « centristes ». Pour certains, c’est parfois une excuse pour ne pas avoir de constance dans leurs convictions de girouettes. 

Je préfère croire que les conséquences de décisions aussi importantes que celles-là doivent être évaluées non pas uniquement sur leurs conséquences à court terme, mais bien sur toute l’ensemble des tenants et aboutissants qu’elle engendreront sur le long terme. 

Un passeport vaccinal risque très grandement d’engendrer une dissension sociale qui ne s’éteindrait pas de sitôt.

All Comments

  • Très d’accord il ne faut pas que ça passe.
    C’est diabolique.
    En quoi une personne non vacciné est elle un danger pour la personne vacciné?

    Pierre Boulanger 4 mai 2021 08:19 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.